Parfois on se dit, "je serai mort avant d'avoir vu"... Ou "j'ai toujours regretté de ne pas être né plutôt pour avoir vu"... C'est ce dont je me plaignais avec Death jusqu'à il y'a deux ans avec une réformation: Death To All et un line-up qui m'avait clairement scotché.
Hier soir, rendez-vous à la laiterie. Peu de monde pour un tel groupe, c'était presque un petit pincement au coeur, mais quand bien même. Le groupe nous a livré une prestation de pas moins de deux heures de pure folie. Tout était parfait: le son, les musiciens, et la set-list rêvée... Vraiment tout les ingrédients étaient présents! B
Mention spéciale à Max Phelps qui m'a transcendé. Non, je n'ai pas flashé sur le musicien, mais oui, je suis tombée amoureuse de sa voix: elle n'est pas seulement taillée pour le death, mais elle colle aux compositions de Death. Et c'est également sans compter sur sa dextérité à enchaîner d'une manière des plus fluides: riffs endiablés et solos chiadés en même temps qu'il maintenait une incroyable justesse dans son chant. C'est indéniablement un musicien de talent. Et bien que je vois d'ici les vieux de la vieilles qui ont vu Death à la "vraie époque", ne vous en déplaise: Max Phelps était fait pour reprendre le flambeau de ce dit "groupe de reprise". Peut-être timide comme le mentionne à juste titre Steve DiGiorgio, mais sans aucun doute l'âme de ce dernier.
Pour ma part dire que je suis conquise serait en un euphémisme, ce concert rentre sans aucun doute dans le top des concerts que j'ai pu faire!